Technique : Réalisation d’enluminures, en passant par le parcheminage et la calligraphie.

Calligraphie

Actuellement, les enfants apprennent à « écrire ». Dans le passé, il leur était enseigné à  » bien  écrire ». Les amateurs de la calligraphie essaient de                                                               … Lire la suite Calligraphie

Enluminure

Aussi splendide soit-il, un texte calligraphié sera littéralement « illuminé » – mis « en lumière »- s’il est « enluminé ». Et, plus que la mise en couleurs par la peinture, c’est l’éclat de la dorure- surtout l’or en relief, bruni /poli, sur assiette à dorer-  qui éclaire de mille feux la page enluminée.

Parcheminage

Avant le papier mais après le papyrus, le parchemin a été le support des manuscrits splendides qui nous sont parvenus, souvent merveilleusement conservés, bien de siècles après leur réalisation.

Aujourd’hui, des procédés modernes- produits et machines- permettent de fabriquer des parchemins en quelques jours. Ils sont (presque trop) beaux, d’aspect très (à la limite trop ?) proche du papier.

Le procédé ici-décrit essaie de reproduire les gestes des artisans médiévaux, à l’aide des produits et des outils copiés de ceux qu’ils mettaient en œuvre.
En faisant de la sorte, l’artisan moderne cherche à s’approcher de la qualité des anciens parchemins. Le travail est (très) long – de 2 à 4 mois, suivant la saison- et (très) pénible.
Cependant, au final, l’artisan peut s’enorgueillir d’un travail hautement gratifiant même si le résultat n’est pas toujours aussi excellent qu’escompté.
Les défauts (trous, colorations…) peuvent ajouter un cachet « ancien ».
Le procédé ici-décrit essaie de reproduire les gestes des artisans médiévaux, à l’aide des produits et des outils copiés de ceux qu’ils mettaient en œuvre.
En faisant de la sorte, l’artisan moderne cherche à s’approcher de la qualité des anciens parchemins. Le travail est (très) long – de 2 à 4 mois, suivant la saison- et (très) pénible.
Cependant, au final, l’artisan peut s’enorgueillir d’un travail hautement gratifiant même si le résultat n’est pas toujours aussi excellent qu’escompté.
Les défauts (trous, colorations…) peuvent ajouter un cachet « ancien ».
Par ailleurs, l’effleurage -enlèvement de l’ensemble de l’épiderme, côté poil- procure un parchemin aux 2 faces comparables et d’une même blancheur. Cependant, la conservation de la fleur- enlèvement de la seule « peau morte » externe- procure un parchemin aux colorations nuancées, suivant l’origine de la peau et la partie du corps de l’animal. Ces variations de la couleur renforcent le caractère d’« authenticité » et lui donne un charme, souvent bien apprécié.

Sont ici présentés :
– les étapes de fabrication
– les outils des parcheminiers
– les produits pour l’attaque chimique et/ou la finition mécanique

3 réflexions sur “Technique : Réalisation d’enluminures, en passant par le parcheminage et la calligraphie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s